• Matériaux avancés
    Matériaux avancés
    0 défis actifs - 176 défis
  • INNO+
    INNO+
    5 défis actifs - 31 défis
  • Vallée de la Plasturgie
    Vallée de la Plasturgie
    0 défis actifs - 0 défis
  • Innovéé
    Innovéé
    0 défis actifs - 2 défis
  • Innovation en Chimie
    Innovation en Chimie
    0 défis actifs - 5 défis
  • Saguenay / Lac-St-Jean
    Saguenay / Lac-St-Jean
    0 défis actifs - 8 défis
  • Grappe en Composites NB Inc
    Grappe en Composites NB Inc
    0 défis actifs - 0 défis

Traitement des effluents miniers contaminés dans les sites miniers abandonnés

Numéro du défi : 11171 Date d'ouverture : 2018-05-09
Statut : Ouvert Date de fermeture : 2018-08-02

Contexte

Le régime minier en vigueur au Québec prévoit que les entreprises minières doivent soumettre une garantie financière suffisante afin de couvrir l’ensemble des travaux de réaménagement et de restauration des sites miniers en exploitation. Or, ces obligations n’étaient pas en vigueur lors des opérations minières avant 1995. Le Gouvernement du Québec a décidé prendre en charge les sites miniers qui ont été soient abandonnés ou rétrocédés à l’État.
Au 31 mars 2017, 225 sites miniers abandonnés sont inscrits au passif environnemental que gère la direction des mines du Ministère des ressources naturelles et de la faune. Parmi eux on retrouve, 20 sites majeurs qui font l’objet de travaux, 35 sites miniers qui sont à restaurer, 31 sites miniers qui sont à sécuriser et 139 sites miniers pour lesquels le MERN doit assurer le suivi et l’entretien. Le MERN s’est doté d’un plan de travail afin de réaliser son engagement de diminuer le passif environnemental minier de 80% d’ici 2022.
Le coût des travaux reliés au passif environnemental minier est estimé à 1,2 G$, dont 744,9 M$ pour les sites miniers actuellement abandonnés et 455,2 M$ pour les sites miniers où le MERN pourrait avoir à agir étant donné le statut financier précaire des responsables. Depuis 2006, 157 M$ ont été investis par le MERN pour la restauration, la sécurisation, l’entretien et le suivi des sites miniers abandonnés.

Description de la problématique

Des travaux de restauration ont été menés sur les sites jugés prioritaires afin de confiner les résidus miniers et de canaliser les eaux de surface. Ces aires d’accumulation sont de grands amoncellements de résidus miniers qui contiennent des sulfures qui s’oxydent au contact de l’eau de ruissellement et de l’air et qui génèrent du drainage miniers acide. Il est possible de retrouver du drainage neutre contaminé qui consistent à des écoulements d’eau contenant des métaux dissous dont les concentrations sont supérieures aux normes environnementales applicables.
Malgré le soin apporté au confinement de ces sites, des résurgences d’eaux acides ont été observées sur 5 sites miniers dont les travaux de restauration sont terminés et ces résurgences peuvent venir compromettre l’intégrité des travaux réalisés et des milieux récepteurs environnants. Ces sites miniers se situent dans la région de l’Estrie et de l’Abitibi-Témiscamingue principalement.
Le présent défi consiste donc à identifier des solutions de captation et de traitement de ces effluents miniers contaminés par le drainage minier acide.

Contrainte(s)

Des travaux d’entretien seront requis pour canaliser les effluents miniers résurgents. Suite à ces travaux, le débit et la charge à traiter seront mieux connus. Le MERN possède tout de même plusieurs informations sur les problématiques de contamination.
La solution proposée doit pouvoir traiter des eaux chargées en métaux dissous ou lourds à un pH acide et ce, de façon passive soit avec un minimum d’entretien. Le système doit pouvoir fonctionner en continu et être robuste aux changements de saisons.
La démonstration de nouvelles approches technologiques est encouragée sur l’un ou l’autre des sites identifiés.

12 mois